Avant-propos du rapport annuel 2017

Le choix des thèmes:
un panorama journalistique à 360°

Focus sur l'utilisateur et ses besoins

« Comment SWI swissinfo.ch fixe-t-elle ses priorités thématiques? » – on nous pose régulièrement la question et vu le flot incessant d’informations, elle est légitime. L’époque est révolue où les journalistes pensaient connaître les besoins et les attentes des lecteurs et choisissaient eux-mêmes les sujets à traiter. Aujourd’hui, analyses empiriques, sondages et commentaires des utilisateurs permettent de saisir de manière assez précise les préférences du public.

Pour choisir leurs sujets, les journalistes de SWI swissinfo.ch (SWI) s’appuient sur un panorama à 360°.

  • Ils doivent en tout premier lieu respecter le mandat du Conseil fédéral, selon lequel SWI doit informer sur les votations et élections fédérales. Il souhaite que nous fournissions – en plus des explications officielles – une base journalistique pour que la Cinquième Suisse puisse exercer ses droits politiques (votations et élections) garantis par la Constitution.

    En 2017 par exemple, SWI a expliqué en détail la réforme de l’impôt sur les sociétés III, que les électeurs ont clairement rejetée en février avec 59,1 % de voix contre. La plus grande attention a également été accordée à la proposition visant à faciliter la naturalisation des étrangers de la troisième génération, adoptée le même jour avec une forte majorité (60,4 %). En mai, SWI a publié un rapport sur la loi sur l’énergie, qui a été approuvée à 58 %. Enfin, en septembre, la très controversée réforme de la prévoyance vieillesse a été rejetée par 52,7 % des voix et le financement complémentaire de l’AVS par le relèvement de 0,3 % de la TVA l’a été de justesse. Notre plateforme internet a aussi proposé des prévisions, des analyses, des entrevues et des résultats de vote.
     
  • Pour choisir les priorités thématiques, le deuxième axe retenu est les attentes des lecteurs étrangers qui s’intéressent à la Suisse. Leurs attentes varient considérablement selon l’espace linguistique et culturel. Si le système éducatif dual a suscité un vif intérêt de la part des Chinois et des Américains, le monde arabe a surtout suivi les questions d’asile et d’intégration. Au Japon, le prix de Lausanne (danse) et la politique énergétique suisse ont fortement retenu l’attention, tandis que l’Allemagne s’est passionnée pour l’héritage Gurlitt.

    En 2017, partout dans le monde, les reportages sur le Forum économique mondial, le Festival du film de Locarno, l’état des banques suisses et l’industrie pharmaceutique, ainsi que sur l’emploi, la santé, l’environnement, les transports, la migration et Genève international ont été suivis régulièrement.
     
  • Les Suisses de l’étranger, pour qui SWI est un lien viral avec leur pays d’origine, ont été séduits par d’autres thèmes et reportages sur le vote électronique, les droits politiques, la politique bancaire, les écoles suisses et l’initiative No Billag.
     
  • Les contenus de swissinfo.ch sont également lus en Suisse, surtout par les expatriés, les migrants, les frontaliers et les représentations étrangères (personnel des ambassades et des consulats). Ils s’intéressent principalement à des questions simples du quotidien (permis de travail, écoles, santé, mobilité, shopping, impôts, droits et obligations). Ces besoins et d’autres encore ressortent clairement des études sur les utilisateurs.

Etre à la hauteur des groupes dans le cadre d’une perspective globale à 360° est une évidence et une obligation pour les collaborateurs de SWI, mais se concentrer sur des prestations de qualité, des analyses et des sujets audiovisuels implique de faire des choix. SWI ne peut et ne veut pas être un site dédié aux « breaking news ». Les événements sportifs, le journalisme local ou les reportages sur de simples événements ne sont pas de son ressort éditorial. Nous laissons volontiers à d’autres unités de la SSR ou aux médias privés le soin d’informer sur ces sujets.

Une production orientée vers l’utilisateur exige une nouvelle réflexion, qui a été au cœur des changements opérés à SWI en 2017. Nos produits multimédias et interactifs doivent être conçus de telle manière qu’ils soient parfaitement pertinents et utilisables. Nous y sommes parvenus en plaçant les idées, les objectifs, les attentes et les caractéristiques des utilisateurs au centre du processus de développement.

Pour que swissinfo.ch soit visible dans ce nouvel environnement, nous devons changer la préparation, la narration, la présentation et la diffusion des contenus. Nous devons aussi mettre davantage l’accent sur la façon dont le contenu est reçu et perçu par le public, car les innovations technologiques nous donnent la possibilité, formidable, de produire des contenus et de les diffuser en temps réel auprès des utilisateurs et d’échanger avec eux.

Si nous parvenons à trouver un écho suffisant au sein des différentes communautés, alors nos lecteurs nous récompenseront en s’intéressant à nous, en passant du temps sur swissinfo.ch et en lui étant fidèle, avec une bonne couverture, des contributions, des louanges, des critiques, leur confiance et leurs propres contributions. Voilà l’objectif prioritaire de SWI 2018.

Peter Schibli
Directeur SWI swissinfo.ch